• Aristochats cinéphiles : addenda !

    Oups !

    Ben si !

    J'ai osé !

    Hier j'ai oublié

    tous les westerns que mon papa

    avait intégrés dans son patrimoine [Ben, nan, l'est pas moine, ho ! ...m'enfin !]

    puis, patiemment inculqués

    à ses (e.) gnares de lares.dons

    lors de cérémonies

    Johnwaynesques ou Mitchumesques
     .

    [À mes souhaits  !!!  M'a enseigné la politesse, aussi, nanmého !]

    ET , il y en a tellement à citer !!!


    [pis je rebosse demain et je vais être très très très en retaaaard, là !]


    Alors,

    pour me faire pardonner, juste ça :




    et pis encore ça, quand même !


     

     

     

    Par : une déesse honteuse, qui, telle Iphigénie, va sacrifier au dieu Bipos Bipos
    en allant se jeter du haut d'une falaise pour se faire pardonner.
    Heu, Dieu Toonos, si tu m'entends, relis donc cette légende, et viens m'emporter en Tauride,
    ou plutôt, non !
    Tant qu'on y est, transforme-moi ... en Tauride  !!! 
      ;-)

     

    « Everybody wants to be a cat... cynéphile !Bach, Loussier, Tardieu, le jazz ... et moi »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Mai 2008 à 23:50
    FUXY, le renard
    Personnelement je suis comme toi, je préfére les histoires de Monsieur O' Malley et de la famille de Duchesse, Berlioz, Toulouse et Marie
    2
    Samedi 10 Mai 2008 à 06:41
    Galatée
    Bienvenue dans l'impair espace, Fuxy !
    3
    Lundi 12 Mai 2008 à 14:43
    Isabel & Sauveur
    Bonjour,j'espere que tu vas bien merci beaucoup a toi pour ton commentaire ca nous fait trop plaisir J'ai vu que tu étais inscrite sur airtist??? Gros bisous a toi et n'hésite surtout pas a repasser sur notre site pour nous écouter passe une très bonne journée
    4
    Lundi 12 Mai 2008 à 16:05
    Galatée
    C'est déjà fait ! ;-) Bises à vous.
    5
    Lundi 12 Mai 2008 à 17:35
    Marc de Metz
    Amie qu'entre soirées et nuits messines... / Anadiplose Galathée, comment me mettre dans cette réponse que je te fais dans des mots beaux et tristes mots comme le sont les tiens ? Je suis abasourdi par ton aisance dans cet exercice, sans en ignorer je le crois l’origine. Je te découvre, si je ne me trompe pas, dans une recherche d’un présent qui efface assez des passés pour ne pas rendre l’avenir aussi torturé que tes temps proches. Je peux me tromper, mais j’ose le traduire ainsi après avoir fait une lecture appliquée de tes mots. Tu es Galatée une architecte d’intercoeurs et cela me touche terriblement. J’aimerai, je te le dis, que nous gardions contact, à ta seule convenance car c’est toi qui seule peut décider de répondre à cette demande de ma part. Amicalement, sincèrement, Marc de Metz.
    6
    Lundi 12 Mai 2008 à 18:59
    Galatée
    Que c'est difficile de répondre ! En vrac, alors ... Oui, derrière tout écrit, il y a une vie, des joies, des peines, des espoirs, des déchirures, des idéaux ...je sais, c'est commun, mais c'est justement dans cette "commun-auté", au sens propre, que l'on partage son humanité. Pas de "torture", non, Je suis comme tout le monde, finalement, j'appartiens à ce monde ... avec empathie, oui, mais optimisme et gaieté, même quand l'horizon se bouche. Mon côté un peu apatride me permet de m'y installer facilement, avec mes maux-mots et mes bons-heurts. Je n'ai rien fait de spécial pour ça ... mais merci pour le compliment. Une facilité, un don, que j'essaie de faire partager, rien de plus. Je te remercie de ton invitation : elle est belle et elle est émouvante. Amicalement, et tout aussi sincèrement, Galatée
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter